Au coeur des Pyrénées

3ème partie – Juin 2021






Nous sommes déjà dans la dernière partie de notre périple mais avec autant de plaisir à contempler ces paysages de montagnes. Nous n’avons pas eu toujours aussi beau que ce matin mais malgré tout les Pyrénées reste un festival de couleur et la nature est omniprésente. Paradis des randonneurs, ses reliefs abrupts et ses riches vallées ne manqueront pas de vous émerveiller !

Mais il nous reste encore un peu de temps pour quelques balades, alors c’est parti !

Bonne balade ! 😉

Avant de quitter la vallée de Gavarnie, nous sommes aller prendre l’air sur le plateau de Saugué. En toile de fond de ce plateau verdoyant s’étale le roi des grands cirque calcaire, le cirque de Gavarnie un peu dans les nuages.

Une petite pause du coté de Luz St Sauveur où nous avons visiter les villages de la vallée. Ca nous a permis de reposer nos pieds et nos mollets ;-). Ci-dessus le petit village de Sers et ci dessous le village de Viey.

Le joli village de Viella a une signification particulière pour nous . Nous y avons séjourné en vacances il y a 20 ans avec nos enfants ! Supers souvenirs.


Une petite balade à Luz St Sauveur au pied du Tourmalet. La ville accueille cette année le tour de France.

Une très belle découverte en balade dans Luz-Saint-Sauveur : l’église des Templiers datée du début du 13ème siècle et fortifiée.


Pendant son séjour à Saint Sauveur en compagnie de l’Impératrice, Napoléon donna l’ordre de construire la Chapelle baptisée « Solférino » en hommage à l’Empereur. Elle fut bâtie avec les fonds fournis par le couple impérial par les entrepreneurs et architectes de l’Eglise de Saint Sauveur.


Le Château Sainte-Marie Esterre fut construit au XIe siècle sur les hauteurs de Luz par le comte de Montblanc, seigneur de Bigorre, pour surveiller les brigands venus d’Espagne ou de Barèges.

Il est temps de quitter la vallée pour prendre de la hauteur et les lacets qui nous mèneront au fameux col du Tourmalet et son panorama exceptionnel … enfin si les nuages ne s’étaient pas invités .

Le Col du Tourmalet culmine à 2 115 m d’altitude. Il doit beaucoup sa renommée au tour de France qui l’a traversé plus de 70 fois depuis 1910.


Au col du Tourmalet, le sentier des Muletiers vous permet d’arriver au pied du Pic du Midi mais surtout au magnifique lac d’Oncet.

Ce sentier est chargé d’histoire. Lors de la construction de l’observatoire, les fondateurs du Pic faisaient acheminer vivres et matériaux de construction par des porteurs. Ces hommes étant payés au poids, ils pouvaient se charger jusqu’à 40kg avec des moyens rudimentaires. Le trajet pouvait parfois durer 12h lorsque les conditions de neige étaient mauvaises.


On aperçoit le pic du midi, facilement indentifiable par son antenne. 10 mn après cette photo, la montagne s’est recouverte de nuages, nous obligeant à faire demi-tour. Rendez vous le lendemain pour la montée au Pic par le téléphérique.


Le temps est magnifique ce matin, alors c’est parti pour les sensations avec le Téléphérique du Pic du Midi. Au départ de la station de La Mongie, le téléphérique du Pic du Midi vous transporte en 15 minutes à 2 877 mètres d’altitude. C’est une ascension spectaculaire qui se déroule en deux étapes vers la haute montagne.


La construction de l’Observatoire est une sacrée aventure. Elle commence en 1878 et dure quatre ans, les travaux ne peuvent se faire que pendant les quelques mois où le sommet n’est pas couvert de neige et aisément accessible à pied ou à mulet entre la fin juillet et la mi octobre.

Le principal souci des fondateurs de l’Observatoire est de protéger les ouvriers de la foudre qui s’abat fréquemment sur ce pic isolé. Plusieurs paratonnerres sont érigés et reliés par un épais câble métallique de plus d’un kilomètre au lac d’Oncet voisin. L’Observatoire est inauguré au mois d’août 1882.


Belle vue sur le lac d’Oncet

Le Ponton dans le Ciel ! Un voyage à l’intérieur du paysage. Suspendue au-dessus du vide, une passerelle métallique de 12 m de long, à l’extrémité vitrée tutoie les nuages pour un point de vue unique et vertigineux. Accrochez-vous à l’horizon !

Nous voici dans la vallée d’Aure et plus particulièrement dans le joli village d’Arreau. Niché au coeur de la Bigorre, entre les cols d’Aspin et de Peyresourde, l’agréable village d’Arreau forme un bel ensemble architectural, avec ses demeures anciennes, telles la maison des Lys et le château des Nestes, sa halle-mairie et ses jolies maisons aux toits d’ardoise.

Nous avons pris de l’altitude (2 161 m) pour explorer la réserve naturelle du Néouvielle dans le massif du même nom.

Le barrage de Cap de Long est un barrage de type barrage-poids voûte d’une profondeur de 131 m et d’une surface de 110 ha. Le lac de Cap de Long est la plus grande retenue d’eau des Hautes-Pyrénées avec un volume d’eau de 67 millions de m3. Le barrage mesure quant à lui près de 100 m de hauteur et il fut construit entre 1950 et 1953 sur l’emplacement du petit lac de l’Oustallat et de l’ancien lac de Cap de Long. Mis en service en 1908, il est destiné, comme ceux d’Orédon et Aumar à alimenter la centrale hydroélectrique de Pragnères.


le lac d’Orédon s’étend sur plus de quarante-cinq hectares. Situé à 1849 mètres d’altitude, il prend place en lisière de la réserve naturelle de Néouvielle. Le site est entouré du barrage d’Orédon édifié au XIXe siècle pour alimenter le département du Gers voisin.

Encore un lac ou plutôt une série de petits lacs appelés “Laquettes” à 2 080 m et sur 9 ha au total. Ces laquettes à l’eau transparente communiquent entre elles au milieu d’une forêt magnifique de pins à crochets.


L’église Saint-Denis-Saint-Nicolas de Tramezaïgues du 11 ème siècle à l’entrée de la vallée de Rioumajou

Les animaux sont les rois sur la magnifique route de la Hourquette d’Ancizan. Ce col de montagne culmine à 1 564 mètres d’altitude. Il relie la vallée de Payolle à la vallée d’Aure. Hourquette est un nom féminin gascon, dérivé de hourque, « fourche », Il désigne des cols.


Toutes les bonnes choses ont une fin et notre balade dans les Pyrénées s’arrête ici, au lac de Génos-Loudenvielle, à observer le spectacles des parapentes.


A bientôt pour de nouvelles balades 😉


Vous avez raté la 1ère partie ? c’est ici : Au coeur des Pyrénées – 1ère partie

Vous avez raté la 2ème partie ? c’est ici : Au coeur des Pyrénées – 2ème partie




inscrivez-vous pour recevoir nos dernières balades

Rassurez vous, vous ne recevrez pas de pub !

Envie de partager sur les réseaux sociaux ?