L'Islande : 1er contact

Juin 2017

Bienvenue sous le 66ème parallèle nord. Vous avez tous dans la tête les magnifiques paysages d'Islande mais les voir de ses propres yeux est bien plus fascinant. Nous avons donc profité de retourner au Canda pour faire une escale de 7 jours dans cette contrée volcanique, la compagnie islandaise Icelandair proposant de faire une pause (Stopover) pour découvrir leur pays. Il n'est bien sûr pas possible de visiter la totalité de l'Islande en si peu de temps, on s'est donc attardé sur le Sud-Ouest et il y a déjà beaucoup à faire !
Nous sommes partis de Paris en plein mois de juin par 35 degrés un jour de canicule et l'arrivée à l'aéroport de keflavik, 3 heures plus tard, est pour le moins vivifiant ! 12 degrés et un vent à déplacer nos valises !  Ce fut aussi la température moyenne durant notre séjour et d'ailleurs une maxime Islandaise très populaire dit : "Si tu n'es pas content du temps qu'il fait, attends 5 mn ". C'est dire que la météo est très changeante et, entre nous, l'Islande n'est pas une destination pour les amoureux de la bronzette. Mais si vous aimez vous baigner en pleine nature dans une eau naturelle à 30 degrés en profitant d'un somptueux panorama, ce pays est fait pour vous !

2017-06-198

Après avoir bravé les éléments à la descente d'avion, nous prenons possession d'un petit 4x4, nous nous éloignons rapidement vers notre chalet situé à 120 km au milieu de nulle part, pressés de gouter aux grands espaces. On roule à droite en Islande mais un petit conseil, n'oubliez pas d'allumer vos feux de croisement, les islandais sauront vous le dire !

Et voilà notre cabane en pleine verdure. On ne sait jamais sur quoi on va tomber quand on loue un logement mais là c'est la bonne surprise, très mignon et confortable et pas de voisins à moins 1km ... le calme ! Située à Laugarás, petit village qui s'est développé grâce à l'activité géothermique.

2017-06-133
2017-06-134
2017-06-135

On retrouve partout en Islande cette décoration miniature aux portes des habitations.

Malgré l'heure tardive de ce 1er soir, nous n'avons pas hésité à partir en balade pour découvrir notre proche environnement. Les nuits au mois de juin sont très courtes et ça nous perturbent un peu. Le soleil (quand il y en a) décline vers 1 h. du matin et se lève à 3 h. Cette photo fut prise à 23h.

2017-06-142

Les lupins en fleurs enchantent notre vision de l'Islande et ils sont en fleur en juin et début juillet. Cette plante n'appartient pas à la flore naturelle de l'Islande. Ces "lupins nootka" ont été introduits en 1945 par le service des "Eaux et Forêts" islandais, dans le but d'enrayer la désertification de certaines zones. Le lupin a la propriété de fixer dans le sol l'azote de l'air. La plante agit comme un fertilisant pour reconstruire des sols abîmés, permettant à sa suite la colonisation par d'autres végétaux ...
Les lupins ont une résistance extraordinaire aux conditions difficiles, et une propension incroyable à s'étendre et se développer rapidement ...
On pourraît craindre, à ce rythme, que leur développement ne devienne à terme incontrolable, mais il n'en est rien, car les lupins disparaissent d'eux-mêmes entre 15 et 40 ans ...

2017-06-145

Bien qu'il y ait une ressemblance frappante avec nos poneys, les Islandais ont gardé le nom de « cheval » pour désigner leurs montures. Les importations de chevaux sont interdites sur l'île depuis le Xe siècle et de ce fait, le cheval Islandais n'a pas subi de croisements depuis les années 900. Il y en a partout dans le pays et ils sont très résistants aux conditions climatiques. Ils ont la particularité de posséder cinq allures, soit le tölt et l'amble en plus des trois allures habituelles du cheval. Les Islandais en sont très fiers.

Grive Mauvis

Une grive Mauvis venue nous saluer sur la terrasse. Oiseau migrateur typique du nord de l'Europe.

Le lendemain le mauvais temps ne nous a pas quitté, tant pis, c'est parti pour une balade ascensionnelle dans la vallée de Reykjadalur. Une bonne heure de grimpette au milieu des fumerolles et des marmites bouillonnantes. Au bout de ce majestueux paysage une récompense pour le moins décontractante nous attend....

2017-06-152

Lors de cette balade, les fumerolles sont omniprésentes dégageant une puissante odeur de souffre dont certains n'hésitent pas à la comparer à celle d’un œuf pourri. Il parait que c'est très bon pour les sinus ... alors on ne m'en prive pas, tant pis pour les lunettes qui s'embuent immédiatement. Dans certaines de ces marmites l'eau peut monter jusqu’à 100° C.

2017-06-156

Et au bout de notre balade, la récompense. Une baignade en pleine nature dans les sources d'eaux chaudes, moment agréable et inoubliable. La température de l'eau avoisine les 30° C et celle de l'air ce jour là ne dépassait pas 10° C.

2017-06-164

Sur la route du retour, arrêt au cratère de Kerið. Les parois du cratère contrastent à merveille avec la surface colorée du lac. C'est le mieux préservé malgré son âge estimé à 3 000 ans. Il fait 55 mètres de profondeur, 170 mètres de largeur et 270 mètres de longueur quant à la profondeur du lac, elle varie en fonction de la pluviométrie entre 7 et 10 m.

2017-06-172

Allez on reprend la route pour une prochaine étape dans ce magnifique pays !

A SUIVRE : Le Cercle d'Or, l'incontournable